Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Maroc: le petit Zorro qui filme les corrompus se dévoile

Source : | 4 mars 2013 |  Actualité | 960 views

37621mouniraguesnay37621.png

Surnommé le sniper de Targuist, du nom d’un petit village au nord du
Maroc, le jeune Mounir Agueznay a filmé clandestinement pendant six ans
des gendarmes et des fonctionnaires en flagrant délit de corruption,
avant de dévoiler récemment son identité à la presse.  

En 2007,
il parvient à filmer avec sa petite caméra des gendarmes en flagrant
délit de corruption près de Targuist, le village qu’il habite.

La
vidéo, d’une dizaine de minutes, montre des automobilistes, des
conducteurs d’autocars et de motos, donner de l’argent sans même
s’arrêter, discrètement de la main à la main, à des gendarmes qui les
laissaient passer sans contrôle.

Ces images, mises en ligne sur un
site d’information local, avaient fait aussitôt le tour du monde grâce
aux chaînes satellitaires arabes et occidentales qui les avaient
diffusées en boucle.

«Avec des amis du quartier, nous avons été
convoqués par les autorités locales et par la gendarmerie. Ils nous
interrogés longuement et j’ai dû nier tout en bloc», a déclaré à l’AFP
Mounir Agueznay, qui a dévoilé son identité après six ans de «clandestinité» et des dizaines d’autres vidéos montrant des gendarmes
et des fonctionnaires en flagrant délit de corruption.

«Avec des amis du quartier, nous avons été
convoqués par les autorités locales et par la gendarmerie. Ils nous
interrogés longuement et j’ai dû nier tout en bloc», a déclaré à l’AFP
Mounir Agueznay, qui a dévoilé son identité après six ans de «clandestinité» et des dizaines d’autres vidéos montrant des gendarmes
et des fonctionnaires en flagrant délit de corruption.

Il a pour
la première fois accepté de donner des interviews à visage découvert à
la presse marocaine la semaine passée, car «le personnage du sniper est
devenu très connu, mais sans visage».

«Il est temps qu’il ait un visage,
mais je continuerai à dénoncer la corruption à visage découvert»,
précise celui que l’on surnomme aussi «Zorro».

«Il est temps qu’il ait un visage,
mais je continuerai à dénoncer la corruption à visage découvert»,
précise celui que l’on surnomme aussi «Zorro».

En octobre 2012,
Transparency International a publié une importante enquête dans laquelle
elle considère que le Maroc se situe à un niveau «élevé» de l’échelle
de corruption dans le monde, derrière la Turquie, l’Afrique du Sud ou
encore le Sénégal.

Selon cette ONG, 55% des dirigeants
d’entreprises marocains sondés jugent la corruption «courante» et 53%
estiment que la politique du gouvernement est «inefficace».

Le
parti islamiste Justice et développement (PJD), qui dirige le
gouvernement depuis plus d’un an au Maroc, a fait de la lutte contre la
corruption l’un de ses chevaux de bataille. Récemment, le pays a adopté
une loi dépénalisant les dénonciateurs de cas de corruption.

Mais les autorités de Targuist, soupçonnant fortement M. Agueznay sans parvenir à l’épingler, s’en sont pris à ses proches.

«Pour
se venger de moi, ils ont arrêté mon frère Radouane en octobre dernier
et l’ont accusé de ”trafic de drogue”. Il a été condamné à un an de
prison ferme», souligne le «sniper de Targuist».

«Pour
se venger de moi, ils ont arrêté mon frère Radouane en octobre dernier
et l’ont accusé de ”trafic de drogue”. Il a été condamné à un an de
prison ferme», souligne le «sniper de Targuist».

Il se dit «déçu» par le gouvernement que dirige l’islamiste Abdelilah Benkirane.

Le
jeune homme s’est présenté sous l’étiquette du PJD à Targuist aux
élections de novembre 2011, qui se sont déroulées dans le tumulte du
Printemps arabe et ont donné lieu à une large victoire des islamistes –
mais il n’a pas été élu.

«J’y croyais vraiment. Je pensais
qu’après les slogans électoraux du PJD contre la corruption et pour
vraie une transparence, les choses allaient changer… Malheureusement, jusqu’à présent, ce gouvernement n’a pris aucune
mesure concrète allant dans ce sens», estime-t-il.

«J’y croyais vraiment. Je pensais
qu’après les slogans électoraux du PJD contre la corruption et pour
vraie une transparence, les choses allaient changer… Malheureusement, jusqu’à présent, ce gouvernement n’a pris aucune
mesure concrète allant dans ce sens», estime-t-il.

Dans un
entretien accordé en octobre 2012 à France 24, Abdelilah Benkirane a
souligné que la lutte contre la corruption demandait «du temps».

«La
corruption existe au Maroc, elle existe dans beaucoup de pays, (…)
mais à des degrés différents, a-t-il relevé, évoquant un sujet
primordial parce qu’il y a un sentiment d’injustice dans notre
population de voir des gens qui s’enrichissent rapidement sans avoir en
apparence travaillé en conséquence.»

«La
corruption existe au Maroc, elle existe dans beaucoup de pays, (…)
mais à des degrés différents, a-t-il relevé, évoquant un sujet
primordial parce qu’il y a un sentiment d’injustice dans notre
population de voir des gens qui s’enrichissent rapidement sans avoir en
apparence travaillé en conséquence.»

AFP


Pas de commentaires pour cet article “Maroc: le petit Zorro qui filme les corrompus se dévoile”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara