Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Une plainte contre Bouteflika bientôt déposée auprès de l’Audience nationale espagnole

Source : | 15 août 2014 |  Actualité | 366 views

1015616902330-10551384101561.png

Le dossier des 350.000 déportés par l’Algérie en 1975 atterrira-t-il entre les mains des juges de la Cour pénale internationale (CPI) ? «Non», nous a indiqué le président de l’Association de défense des Marocains expulsés d’Algérie (ADMEA), Mohammed El Harouachi. La plainte contre l’Etat algérien qu’une ONG marocaine compte déposer auprès de cette Cour pour «crime contre l’humanité » ne peut avoir lieu à cause de l’«absence jusqu’ici d’un dossier juridique pouvant justifier l’intervention de la CPI» et « parce qu’une association ne peut pas la saisir». En vertu du Traité de Rome, cette Cour n’est compétente que pour juger des personnes physiques  (et non des Etats) accusées de crime de génocide (art. 6), contre l’humanité (art. 7), de guerre (art. 8), d’agression commis après le 1er juillet 2002 (art. 11). Ce qui veut signifie qu’elle ne peut nullement  statuer dans cette affaire survenue vers la fin de 1975. De plus, la CPI ne peut être saisie que par l’un ou plusieurs Etats partie à ce Traité, le procureur de celle-ci ou par le Conseil de sécurité des Nations unies.  En outre, l’Algérie qui a signé le Traité de Rome ne l’a pas encore ratifié. El Harouachi nous a, par ailleurs, assuré que son association travaille depuis un an sur une plainte qu’elle s’apprête à déposer devant l’Audience nationale de Madrid contre deux responsables du crime commis à l’endroit des milliers de Marocains expulsés d’Algérie, en l’occurrence «le président Abdelaziz Bouteflika et son ex-ministre de l’Intérieur Dahou Ould Kablia, qui occupaient, respectivement les fonctions de ministre des Affaires étrangères et de gouverneur d’Oran à l’époque de la déportation».  Tout en soulignant que cette saisine ne peut être introduite que par un citoyen espagnol ou une personne qui réside sur le territoire espagnol, El Harouachi nous a indiqué que son association dispose de moyens à même de lui permettre d’arriver à ses fins. L’ADMEA a, en effet, une section  en Espagne et plusieurs de ses membres portent la nationalité espagnole. Il a néanmoins précisé   que «les mesures de ce genre nécessitent du temps». «Nous avons encore quelques détails techniques à régler avant de passer à l’action », a-t-il conclu.


Pas de commentaires pour cet article “Une plainte contre Bouteflika bientôt déposée auprès de l’Audience nationale espagnole”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara