Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Fonderie de Zellidja : «L’absence de textes de loi nous a sanctionnés»

Source : | 31 janvier 2014 |  Economie | 142 views

- L’Economiste: La fonderie de Zellidja a fermé et rouvert à plusieurs reprises. Quelles sont les causes?
- Marouane Tarafa: Les difficultés rencontrées par la SFPZ ne se rapportent pas à la commercialisation. Le plomb extrait au Maroc est un produit prisé. C’est un «quatre neuf» (ndlr: 99,99% dans le jargon minier qui signifie une vente quasi totale du produit) qui est en mesure de booster plusieurs secteurs industriels à l’instar de la technologie des startups utilisée dans la construction automobile. Le problème se rapporte à l’approvisionnement, surtout depuis que les fonderies allemandes, qu’on avait sérieusement concurrencées en 2010, ont demandé à la France d’arrêter l’exportation de la matière première vers le Maroc. Ce qui nous a lourdement sanctionnés depuis juin 2011. Depuis cette date,  la SFPZ n’a cessé de demander aux autorités marocaines de l’accompagner par des textes de loi qui lui permettent de pérenniser son activité. En vain! Nous avons écrit au chef du gouvernement  et aux ministères de tutelle à trois reprises, mais malheureusement la procédure administrative est ce qu’elle est.

- Le fardeau des frais était-il déterminant?
- La fonderie de Zellidja tourne avec 95 millions de DH de frais fixes par an. Sans pouvoir importer les matières secondaires et le concentré nécessaire, il était difficile de continuer. On a aussi demandé le changement de la réglementation pour faciliter l’exploitation minière afin de pouvoir réaliser les équilibres budgétaires nécessaires pour prolonger l’activité. Or, face à une rude concurrence mondiale et à des opérateurs traders percutants, les textes de lois doivent protéger et encourager la production nationale. Ce qui n’est pas le cas!

- En l’absence d’accompagnement nécessaire, vous avez opté pour la location de la fonderie. Pourquoi?
- La SFPZ tenait à ce que la fonderie reprenne son activité.  Requête qui nous a obligés à chercher preneur et à nouer des contacts avancés avec l’IMM qui ont abouti à la location de l’usine. Le contrat de bail s’étale sur dix ans avec possibilité de le prolonger en cas d’entente et de bénéfices partagés. La finalité est de rendre la région plus compétitive, via des partenariats mondiaux. D’autant plus que cette usine a été certifiée ISO 9001 version 2000. Elle est  dotée d’installations modernes et est considérée comme l’une des plus importantes au niveau du pourtour méditerranéen.
Propos recueillis par Ali KHARROUBI


Pas de commentaires pour cet article “Fonderie de Zellidja : «L’absence de textes de loi nous a sanctionnés»”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara