Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Sommet de l’Union africaineCentrafrique, Soudan du Sud: Fissures à Addis Abeba

Source : | 31 janvier 2014 |  Actualité, Politique | 450 views

LA situation en Centrafrique et au Soudan du Sud focalisera tous les débats au 22e sommet de l’Union africaine (UA) qui s’est ouvert jeudi 30 janvier à Addis Abeba et qui devait initialement se consacrer à «l’agriculture et la sécurité alimentaire». Les troubles dans les deux pays ont bouleversé l’ordre du jour. 
L’urgence est telle que la passation de pouvoir à la tête de l’Union, de Hailemariam Desalegn, Premier ministre éthiopien, à Mohamed Ould Abdel Aziz, président mauritanien, en a été éclipsée.
A peine déchargé de sa fonction présidentielle au sein de l’UA, Hailemariam Desalegn a insisté sur l’importance d’un retour au calme, qui nécessite des solutions «urgentes». D’autant plus, explique-t-il, que si la situation se dégrade, «cela aura de graves conséquences pour la paix et la sécurité dans la région».
Au Soudan du Sud, les rivalités entre Salva Kiir, président, et Riek Machar, son ex-vice-président, tournent à la guerre ethnique entre Dinka et Nuer (les deux principales communautés du pays). Depuis la mi-décembre, les confrontations ont fait des milliers de morts et quelque 800.000 personnes ont été chassées de chez elles. Le cessez-le-feu officiel, signé à Addis Abeba,  n’est pas respecté sur le terrain. La crainte est de voir ce conflit dégénérer et déborder dans toute la région du fait de l’implication des Etats voisins dans le conflit.
En Centrafrique, l’arrivée à la tête du pouvoir de Catherine Samba Panza est porteuse d’espoir, mais les échanges de tirs et l’instabilité n’ont pas encore reculé d’une once. Pourtant, alors même que la nouvelle présidente réclame de nouveaux soldats, l’Union africaine est divisée quant à la nécessité d’y envoyer des casques bleus.
Les 54 membres de l’Union craignent une aggravation des conflits qui mènerait ces deux voisins au fond du gouffre, mais ils redoutent aussi une contagion sanguinaire.
Peter Pham, analyste de l’Atlantic Council, estime que la lente réaction à ces guerres civiles relève les faiblesses du continent en matière de gestion des conflits, et remet sur le tapis la «force de réserve africaine». Ce projet, en discussion depuis une dizaine d’années, est censé doter l’Afrique de troupes déployables à tout moment dans n’importe quel point chaud.
A l’heure où nous mettions sous presse, deux autres sujets devaient être traités pendant les 48 heures consacrées au sommet de l’UA, à commencer par l’«Agenda 2063», soit une feuille de route commune qui devrait d’étaler sur les 50 prochaines années. La Cour pénale internationale est aussi un incontournable sujet à débat. Jugée «partiale» par le bloc africain l’année dernière, il lui a été demandé de ne pas juger des présidents au pouvoir. C’est l’affaire Uhuru Kenyatta, président kényan accusé de crimes contre l’humanité, qui avait déclenché la fronde.

Rime AIT EL HAJ


Pas de commentaires pour cet article “Sommet de l’Union africaineCentrafrique, Soudan du Sud: Fissures à Addis Abeba”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara