Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

«Les chevaux de Dieu»Retour sur une success story qui rafle des prix

Source : | 24 janvier 2014 |  Arts & Culture | 223 views

Projeté dans les salles depuis moins d’un an et déjà 24 consécrations au compteur! La dernière en date : le Prix Lumières à Paris (ce qu’on appelle également les Golden Globes français) du meilleur film francophone, attribué en début de semaine au dernier long-métrage de Nabil Ayouch. Le prix parisien a également consacré des films et réalisateurs à polémique, notamment «La vie d’Adèle» d’Abdellatif Kechiche, qui a reçu 4 prix (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice et révélation féminine). Une revanche pour Kechiche qui s’est attiré les foudres de la presse française après avoir été accusé de maltraitances sur le tournage. Roman Polanski a également reçu un prix: celui du meilleur scénario pour son film «La Vénus à la fourrure».
Pour en revenir aux «Chevaux de Dieu», il faut dire que depuis sa présentation dans la section cannoise «Un certain regard» en mai 2012, le film a roulé sa bosse. Des prix prestigieux au festival de Namur, au Cinemed à Montpellier, au festival méditerranéen de Bruxelles, au Doha Tribeca, à Tanger, au festival international de Seattle,… et la liste est longue! Février nous dira s’il recevra également un prix aux Magritte du cinéma à Bruxelles, où il est nominé en tant que meilleur film étranger en coproduction et meilleure image.
«Les chevaux de Dieu», aux allures d’épopée tragique, retrace l’histoire de Hamid, son frère Yachine et leurs amis tous issus du bidonville Toma à Sidi Moumen. De là où sont partis les tristement célèbres attentats du 16 mai 2003. Des marginaux, livrés à eux-mêmes. Le petit caïd du quartier, Hamid, est emprisonné et c’est là que tout bascule pour Yachine dans ce petit coin de terre où drogues, humiliation et mépris font loi. Ces jeunes à qui l’on arrache l’innocence dès la plus tendre enfance sont oubliés de tous. De tous, hormis de ces extrémistes bien décidés à faire d’eux des «chevaux de Dieu» en échange de leur seule requête: la dignité. Envoûtés par la gloire de mourir en martyrs, Hamid et sa bande commettent l’irréparable.
Inspiré de la rue et du roman de Mahi Binebine, «Les étoiles de Sidi Moumen» (publié en 2010), Nabil Ayouch a redonné une dignité à cette jeunesse délaissée et accablée.

Sanaa EDDAÏF


Pas de commentaires pour cet article “«Les chevaux de Dieu»Retour sur une success story qui rafle des prix”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara