Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Istiqlal: Chabat candidat «jusqu’à la mort»

Source : | 28 juin 2012 |  Actualité, Politique | 416 views

p32_71.jpg

Hamid  Chabat sera-t-il le prochain secrétaire général du Parti de l’Istiqlal (PI) ? En tout cas, il fait tout pour  y arriver dès cette fin de semaine lors du 16e Congrès de la formation politique. Le leader de l’Union  générale des travailleurs du Maroc (UGTM) qui a officiellement annoncé, hier mercredi lors d’une conférence de presse à Rabat, sa candidature a réaffirmé sa détermination d’aller jusqu’au bout. En réponse à une question sur  un éventuel désistement au profit d’Abdelouahed El Fassi, Chabat  a déclaré qu’il n’était nullement dans son intention de faire marche arrière. «Je maintiendrais ma candidature jusqu’à la mort et seul le vote des congressistes pourrait mettre fin à mon engagement», a souligné Chabat.
Très à l’aise dans son franc parler comme à son habitude, Chabat a tenu à démentir tout ce qui lui a été attribué par certains médias quant à sa volonté d’écarter «les Fassis» du parti. «L’Istiqlal est le parti de tous les Marocains et ce sont ces derniers qui l’ont créé ensemble», a-t-il affirmé en substance. «Tout ce que veulent les militants aujourd’hui, c’est que ce parti historique retrouve sa place de leader des formations politiques nationales et la place qui lui échoit sur une scène politique de plus en plus disparate», a-t-il ajouté.
La conférence de presse d’hier a également été l’occasion pour le leader syndical de dévoiler son programme, qu’il faut peut-être qualifier plutôt de plan d’action, si jamais il est porté à la tête de la formation politique. Il affirme vouloir, d’abord, réussir ce qu’il a déjà réussi à la centrale syndicale qu’il dirige. Restructurer le parti en le réorganisant au mieux. «Nous ne devons plus continuer à vivre sur les vestiges du passé aussi glorieux qu’il puisse être», a-t-il dit. Et d’ajouter que « pour réussir cette première action, un effort de réorganisation interne est nécessaire, justement pour sauvegarder l’unité de la formation politique». «Pour cela, nous devons mettre fin à la politique du silence qui caractérise nos instances et nous ouvrir davantage, non seulement sur les militants mais sur tous les citoyens», a souligné Chabat. La restructuration du parti va lui permettre, selon Chabat, de «devenir une institution qui sera incontournable dans le champ politique nationale» et partant lui permettra de «jouer son rôle de force de proposition et de construction de la démocratie». «Ceci, nous ne pouvons point le faire aujourd’hui car nous nous sommes confinés dans un rôle de parti complémentaire dans le gouvernement actuel, ou du moins c’est ce que l’on pense de nous», a-t-il encore affirmé. Il a tenu à justifier ses dires en dénonçant «l’absence d’une réelle prise de position et d’initiative vis-à-vis du gouvernement. Pour Chabat, le fait de «participer au gouvernement  ne doit pas se traduire par une démission de la scène politique». Et c’est justement sur ce terrain que les citoyens attendent l’Istiqlal qui aspire à retrouver son aura des années soixante.
Autre point essentiel dans le plan d’action proposé par le président du Conseil de la ville de Fès : la sauvegarde des acquis politiques, culturels et sociaux du parti. Et cela à travers la redynamisation et le renforcement du rôle de la Fondation Allal El Fassi. Une institution que le parti doit financer comme il se doit pour lui permettre de jouer son rôle de «mémoire collective» au service des jeunes générations.
Le candidat Chabat a également déclaré qu’il est «aussi impératif  que nécessaire que les ministres du parti se présentent régulièrement devant le Comité exécutif pour faire leur bilan tous les 100 jours». Cela dans le but de «permettre au parti de rectifier le tir ou du moins l’ajuster à chaque fois qu’il est nécessaire de le faire».     
Chabat veut aussi instaurer une commission de sauvegarde du patrimoine de la formation politique. Il préconise de créer une commission des comptes qui sera chargée de mener régulièrement des opérations d’audit. En d’autres termes, dans son plan d’action, Chabat veut «instaurer la transparence dans les dépenses du parti».

Dernière minute

L’Economiste a appris qu’une commission de bons offices essayait, hier à l’heure où nous mettions sous presse, de trouver un terrain d’entente entre les candidats Abdelouahed El Fassi et Hamid Chabat. Contacté, ce dernier a réaffirmé sa volonté d’aller jusqu’au bout de sa candidature et a souligné qu’il «ne cédera pas aux pressions de quelques endroits qu’elles viennent». L’Economiste a également appris qu’un troisième larron va probablement entrer dans la course au poste de secrétaire général de l’Istiqlal. Il s’agit de Mohammed louafa, actuel ministre de l’Education nationale.

Jamal Eddine HERRADI


Pas de commentaires pour cet article “Istiqlal: Chabat candidat «jusqu’à la mort»”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara