Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

L’affaire BNDE sort ses vieux squelettes

Source : | 29 mars 2013 |  Economie | 441 views

La chambre criminelle de la Cour d’appel de Rabat a condamné, mercredi 27 mars, Farid Dellero, ex-PDG de la BNDE, à 4 ans de prison ferme et à une amende de 60.000 DH. Les mêmes peines s’appliquent à Abdelhaq Benslimane, ancien client de la banque, actuellement en cavale. L’homme d’affaires, ancien patron d’une société qui avait profité des «largesses» du PDG de la BNDE, n’a toujours pas été retracé malgré le mandat d’arrêt lancé contre lui en 2004. Les condamnés devraient également verser des dommages-intérêts, respectivement de 200 millions et de 100 millions de DH au profit de la partie civile. Le tribunal a aussi ordonné la confiscation des biens immobiliers et mobiliers et des comptes bancaires des deux accusés dans la limite des sommes dues. L’affaire de la BNDE avait, rappelons-le, éclaté début juin 2004. Farid Dellero a été incarcéré le jeudi 3 juin à la prison civile de Salé. Le dossier a été transféré à un juge d’instruction près la Cour spéciale de justice (CSJ) avant d’être transmis à la Cour d’appel de Rabat après la disparition de la CSJ.
L’ancien PDG de la BNDE passera 7 mois en prison. Il bénéficiera de la liberté provisoire après avoir versé une caution de 3 millions de DH. Le juge s’étant appuyé sur l’article 160 et suivants du code de la procédure pénale pour accorder à Dellero le droit de comparaître en liberté. Une mesure qui imposait une surveillance judiciaire ainsi que l’interdiction de quitter le territoire sans autorisation. A l’époque, la libération de l’ex-PDG avait été interprétée comme un rebondissement déterminant suite à l’apparition supposée de nouveaux éléments. En clair, la défense estimait que les accusations étaient infondées.
Nizar Dellero, fis du principal accusé, avait lui aussi été entendu par le juge d’instruction en tant qu’administrateur de la société Bedelco. Une entreprise qui avait bénéficié de lignes de crédit de la banque. Des dettes qui n’étaient pas remboursées alors que l’entreprise décrochait quand même des marchés auprès de l’établissement bancaire, sans appels d’offres.
Le dossier est resté longtemps bloqué en instruction. Toujours est-il que Dellero et Benslimane ont fini par être acquittés le 13 juillet 2010 par la chambre criminelle chargée des crimes financiers, avant d’être condamnés, mercredi 27 mars. Rappelons que Farid Dellero avait dirigé la BNDE entre 1994 et 2001. banque qui a été reprise par le Crédit Agricole le 27 juillet 2003.

Chefs d’accusation

Farid Dellero et Abdelhak Benslimane étaient poursuivis pour «dilapidation et détournements de deniers publics, participation et abus de pouvoir», conformément aux articles 241, 250 et 129 du code pénal. Des dysfonctionnements relevés suite à l’enquête menée en 2004 par l’Inspection générale des finances (IGF). Concrètement, les enquêteurs de l’IGF faisaient état de graves erreurs de gestion, sous forme d’opérations immobilières, de marchés et de cessions à autrui de fonds et droits de la BNDE. Des contrats étaient signés de gré à gré en violation des règles élémentaires de la passation des marchés publics. Autant de malversations estimées à plusieurs dizaines de millions de DH. En 2004, les créances en souffrance de la banque étaient déjà estimées à 4,5 milliards de DH.

Hassan EL ARIF


Pas de commentaires pour cet article “L’affaire BNDE sort ses vieux squelettes”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara