Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Comment le Parlement veut «apprivoiser» Benkirane

Source : | 4 juin 2012 |  Actualité, Politique | 568 views

p35_81.jpg

Le Chef du gouvernement viendra devant la Chambre des représentants le deuxième lundi de chaque mois. L’objectif est de répondre aux questions de politique générale, comme il l’a fait pour la première fois le 14 mai dernier, et ce, conformément à l’article 100 de la nouvelle Constitution. L’ordre du jour de son prochain passage n’est pas encore définitivement fixé.
En attendant, retour sur le premier exercice. Pour Karim Ghellab, le Parlement apparaît comme une institution qui joue son rôle dans le contrôle de l’action du gouvernement. Cela  montre que le Maroc est en train de changer, avec une nouvelle articulation de la séparation des pouvoirs et un meilleur équilibrage. «Le changement démocratique doit se consolider par le renforcement des fonctions du Parlement, du gouvernement et du pouvoir judiciaire, rappelle le président de la Chambre des représentants.
Selon lui, la séance s’est déroulée dans de «bonnes conditions politiques», avec des débats de fond sur des sujets d’intérêt commun comme l’économie de rente, la gouvernance ou l’agenda législatif. Karim Ghellab énumère quelques innovations apportées par cette nouvelle pratique. D’abord au niveau du temps de parole réparti de manière égalitaire entre la majorité et l’opposition. «Un consensus 50-50, s’inscrivant dans la logique de la Constitution, a rehaussé l’opposition institutionnalisée». Cela abonde dans le sens de «l’efficacité du contrôle du gouvernement» et dénote d’une certaine maturité politique. Si le choix du temps de parole a été fait selon la force numérique des partis au sein de la Chambre, il aurait déséquilibré cette séance de questions. Ensuite, le vocable majorité et opposition n’existait pas dans le Parlement, alors que la prise de parole a été alternée entre ces deux composantes, soutient Karim Ghellab. Ainsi, les téléspectateurs perçoivent plus clairement la carte politique. «Nous avons cherché à avoir une carte politique visible aux citoyens, avec les 8 principaux partis au Parlement. 4 sont dans la majorité et 4 autres dans l’opposition, en plus des petits groupements», a-t-il expliqué. Après cette séance, la lecture du champ politique a été plus simplifiée. Le clivage majorité-opposition s’est imposé.
Puis, le nombre réduit de questions, une par groupe, a joué favorablement dans la clarification. La tendance va vers la réduction du nombre des questions thématiques. Cela alimente la volonté d’aller dans le fond des choses, dit-il. En plus, la forme requiert son importance. «C’est l’institution parlementaire qui invite le Chef du gouvernement à venir répondre aux questions. Il est donc dans l’obligation de venir mais le fait avec un intérêt politique», rappelle le président de la Chambre des représentants. Ghellab n’exclut pas que la formule puisse évoluer, en fonction du règlement intérieur de la première Chambre. Le bureau décidera s’il faut consacrer la formule ou lui apporter les aménagements nécessaires. Mais terre à terre, Benkirane a fait un tabac au Parlement et à l’extérieur de l’enceinte. Un spectacle captivant, avec humour, blagues et expressions populaires pour agrémenter ses nombreuses interventions, entrecoupées de commentaires des groupes parlementaires. Selon les chiffres qui ont circulé et qui sont confirmés par le président de la Chambre des représentants, il s’agit de pas moins de 2 millions de téléspectateurs qui avaient suivi sa prestation. Dans ce total, les auditeurs des différentes radios ayant diffusé son intervention en direct n’ont pas été pris en compte. Mais le Chef du gouvernement devra prendre de la hauteur et cesser d’intimider les députés qui osent l’interpeller. Il faut qu’il accepte les règles du jeu s’il veut renforcer son statut d’homme d’Etat. Car, il n’est plus seulement le patron du PJD, mais aussi et surtout le Chef de gouvernement de tous les Marocains.

Mohamed CHAOUI


Pas de commentaires pour cet article “Comment le Parlement veut «apprivoiser» Benkirane”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara