Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

A quoi ressemblera l’Egypte de l’après-Moubarak?

Source : | 4 juin 2012 |  Actualité, Politique | 592 views

Un procès et des élections agitent les Egyptiens. Qualifié de «mascarade», une partie d’eux contestent le jugement rendu samedi 2 juin: le président égyptien déchu Hosni Moubarak a été condamné à la prison à vie pour la mort de 850 manifestants durant la révolte qui l’a renversé début 2011, alors que le Parquet avait requis la peine capitale.
Sur le terrain électoral, les Frères musulmans, avec Mohammed Morsi comme candidat, et les anciens sbires du régime, représentés par Ahmad Chafiq, s’affrontent. Le second tour des élections présidentielles est prévu pour les 16 et 17 juin. Parallèlement, des locaux du candidat à la présidentielle, Ahmad Chafiq, ont été attaqués durant le week-end. Il n’est autre que le dernier Premier ministre de Moubarak. Son QG de campagne au Caire avait déjà été pris à partie le 28 mai. Telle est la situation, très critique, à laquelle fait face l’Egypte révolutionnaire. Prudents, les Etats-Unis se sont jusqu’ici bien gardés de soutenir l’un ou l’autre des deux candidats. Washington serait «sans doute plus à l’aise avec quelqu’un comme Chafiq, mais craint le chaos politique qu’une victoire de Chafiq pourrait  vraisemblablement provoquer», explique Nathan Brown, un expert du Moyen-Orient de l’Université George Washington. Considéré par certains électeurs comme celui qui rétablirait l’ordre qui prévalait avant la révolution, Chafiq est aussi perçu comme illégitime par ceux qui ont pris part au mouvement contestataire.
Même en cas de victoire,  Chafiq ne sera «pas aussi coopératif avec les Etats-Unis que l’était Moubarak. Car il sera beaucoup plus faible que lui au niveau intérieur», estime l’expert américain.
Pour l’administration Obama, Mohammed Morsi et Ahmad Chafiq suscitent «un sentiment quasi identique d’anxiété quant aux conséquences de l’élection pour l’Egypte et pour les relations américano-égyptiennes». Les Etats-Unis pouvaient compter sur Moubarak dans les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. L’ancien président égyptien avait accepté de coopérer avec Israël; avait envoyé des troupes en Irak pour soutenir la coalition lors de la Guerre du Golfe en 1991; avait travaillé étroitement avec Washington dans la lutte contre le terrorisme et s’opposait à l’influence iranienne dans la région.
A contrario, les Frères musulmans et Washington ont longtemps été en désaccord sur l’Iran et la coopération en matière de sécurité: «La présence militaire américaine dans la région et, plus que tout, Israël, grand allié des Etats-Unis», divisent. «La paix froide entre l’Egypte et Israël deviendra encore plus froide si les Frères musulmans gagnent», renchérit Marina Ottaway, analyste au centre de réflexion Carnegie Endowment for International Peace.

Appel

Un avocat de Moubarak, 84 ans, a annoncé que son client allait faire appel. Six ex-hauts responsables de la sécurité ont été acquittés. Les deux fils de l’ancien président, Alaa et Gamal, n’ont pas été condamnés. Les faits de corruption qui leur étaient reprochés étant prescrits.
Un autre procès les concernant doit s’ouvrir prochainement pour une affaire de corruption boursière. En attendant, ils resteront en détention. De brefs heurts ont éclaté après la lecture des verdicts devant le tribunal, faisant 24 blessés légers, mais aussi à l’intérieur de la salle d’audience.

Synthèse L’Economiste


Pas de commentaires pour cet article “A quoi ressemblera l’Egypte de l’après-Moubarak?”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara