Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Les inégalités salariales ont la peau dure!

Source : | 5 mars 2013 |  Monde | 320 views

37718p12-33537718.png

EN Europe, une femme devra travailler 59 jours de plus par an, pour gagner un salaire équivalent à celui perçu par un homme. Un rapport de la Commission européenne, publié à la veille de la journée européenne de l’égalité salariale organisée le 28 février, chiffre l’écart moyen des rémunérations horaires entre les deux sexes à 16,2%, en faveur des hommes. Un pourcentage élevé, malgré une légère baisse observée ces dernières années, puisque ce taux avoisinait, voire dépassait les 17%. Mais la Commission européenne ne se réjouit pas de cette contraction de l’écart salarial, pour deux raisons. D’une part, l’inégalité dans la rémunération reste substantielle, et rappelle que les femmes sont toujours sujettes à d’importantes injustices dans le monde du travail. D’autre part, même cette légère baisse ne peut être imputable à de réels efforts collectifs. Il s’agit en réalité d’une conséquence secondaire de la crise économique. Ainsi, ce ne sont pas les rémunérations des femmes qui ont augmenté, mais celles des hommes qui ont diminué. A titre d’exemple, la proportion d’hommes occupant des emplois à temps partiel ou moins bien rémunéré a augmenté ces dernières années. Par ailleurs, l’incidence de cette crise sur certains secteurs employant majoritairement des hommes (comme la construction ou le génie civile) a généré des baisses de salaire particulièrement marquées.
Viviane Reding, vice-présidente de la Commission et commissaire responsable de la Justice, rappelle que «le principe de l’égalité des rémunérations entre les travailleurs masculins et les travailleurs féminins pour un même travail est inscrit dans les traités européens depuis 1957», et appelle à son application effective, dans toute la zone et à longueur d’année. Pour obtenir des résultats concrets, l’Europe a mis en place un projet répondant au nom d’ «Equality pays off» (NDLR: littéralement, l’égalité porte ses fruits). L’initiative a pour objectif de donner aux entreprises un meilleur accès à la main-d’œuvre potentielle constituée de femmes, au vu des enjeux de l’évolution démographique, et dans un contexte marqué par une exponentielle pénurie des compétences. Ce projet prévoit des évènements, des outils et des activités de formation, destinés à réduit l’écart salarial lié au sexe.
Un forum des entreprises aura lieu le 21 mars prochain, réunissant quelque 150 entreprises à Bruxelles. Ce sera l’occasion d’échanger les expériences quant à la promotion de l’égalité homme-femme, et les efforts menés pour réduire les écarts salariaux.
Par ailleurs, la Commission élabore un rapport pour l’application de la Directive sur l’égalité salariale. Ce rapport, qui devra être adopté durant l’été 2013, contiendra notamment des orientations non contraignantes, et surtout non discriminatoires, sur les systèmes d’évaluation et de classification des postes. Une jurisprudence de l’UE dans le domaine y figurera aussi.
La Commission souligne que le projet «Equality pays off» devrait venir en appui pour la réalisation des objectifs de la Stratégie Europe 2020, qui vise à relever le taux d’emploi à 75%, dans le cadre des synergies entre les différents projets menés par l’Union européenne. En effet, cet objectif peut être facilité par une plus ample participation des femmes au marché du travail, qui dépend elle-même en partie du niveau de rémunération.

Les bons élèves

EN attendant, la Commission européenne a mis en exergue quelques exemples de bonnes pratiques en entreprises. Ainsi, l’entreprise allemande Axel Springer AG, œuvrant dans le secteur des médias, a lancé un programme en 2010 visant à féminiser son personnel encadrant. Objectif: atteindre les 30% dans un délai de 5 à 8 ans. Le projet «Diversité et égalité homme-femme» a déjà permis d’accroître la présence des femmes dans le département des ventes du fabricant grec d’ascenseurs Kleemann Hellas SA. Elles sont remontées à 30%, contre 5% en 2004. En Lituanie, le projet «Créer un environnement de travail favorable à la famille dans l’entreprise» a permis à Omnitel d’augmenter sensiblement la proportion des femmes dans les postes d’encadrement. Quant au programme «Conseil du leadership des femmes allemandes», lancé par IBM Allemagne, il vise à encourager l’engagement des femmes dans le secteur de l’informatique via un système de parrainage personnel et sur internet. Il est autant destiné aux étudiantes qu’aux jeunes collègues désirant faire carrière en tant que cadre ou comme experte.

Rime Aït EL HAJ


Pas de commentaires pour cet article “Les inégalités salariales ont la peau dure!”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara