Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Arts plastiquesUne exposition qui va de l’autre côté du miroir social

Source : | 29 janvier 2013 |  Arts & Culture | 760 views

33011p27-20433011.png

AGISSONS-nous librement dans notre société? Sommes-nous contraints d’adopter un certain modèle de comportement social? Des interrogations qui font partie des mille et une questions  suggérées par l’exposition collective «The world is not as I see it», qui se tiendra du 1er février au 9 mars au musée de la Fondation Abderrahman Slaoui, à Casablanca. Organisée par Cultures Interfaces en partenariat avec la galerie Dominique Fiat de Paris, la manifestation réunira des plasticiens de renom comme Zineb Andress Arraki, Amina Benbouchta, Hicham Berrada et Simohammed Fettaka et le dramaturge Driss Ksikes. Au programme,  plus d’une trentaine d’œuvres sombres et lumineuses à la fois qui provoquent aussi bien l’envoûtement que l’inquiétude du spectateur et le sensibilisent sur la notion de liberté sociale et le droit de penser différemment. «Toute personne est unique sur cette planète. Selon notre background culturel ou social, chacun d’entre nous appréhende les choses de la vie à sa manière», souligne  la commissaire de l’exposition, Nawal Slaoui. Chacun des cinq artistes a exprimé dans ses créations ses ressentis personnels et sa propre vision sur ce sujet qui nous concerne tous. Amina Benbouchta livre ainsi un travail profond et refoulé. Ses installations et ses tableaux, inspirés des murs de clôture parsemés de morceaux de verres coupants que l’on retrouve autour de certaines écoles marocaines, peuvent être perçus comme une protection de la vie personnelle des Marocains, un espace intime très souvent transgressé socialement. Zineb Andress Arraki, elle, présente des photographies d’abattoirs ou encore des sculptures macabres de têtes de moutons violemment encastrés dans des étaux. Une manière de faire allusion aux individus qui se conforment machinalement aux normes de la société tels des «moutons de panurge» destinés à suivre les autres membres de leur troupeau. Empruntant une direction plutôt scientifique, le plasticien Hicham Berrada, quant à lui, tente de montrer au public dans ses œuvres que des forces invisibles sont présentes dans la nature par le biais d’expériences de mise en mouvement de processus physico-chimiques naturellement actifs. Une métaphore directe au fait que les comportements sociaux  sont eux aussi souvent guidés par des causes imperceptibles. Le travail de Simohammed Fettaka est constitué de photographies burlesques et ironiques comme celle d’un junky vêtu d’un costume chic. Un décalage voulu faisant référence à un monde où seuls comptent les apparences et les attributs extérieurs au détriment du reste. Enfin, Driss Ksikes tente par des monologues sonores de remettre en question le déséquilibre de la société marocaine.

Karim AGOUMI


Pas de commentaires pour cet article “Arts plastiquesUne exposition qui va de l’autre côté du miroir social”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara