Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Ciblage de la compensationLe miracle de la carte égyptienne

Source : | 27 septembre 2012 |  Faits divers | 519 views

C’est un véritable casse-tête pour les pouvoirs publics. La Caisse de compensation constitue un lourd fardeau traîné par le Maroc. Les différents gouvernements qui se sont succédé ces dernières années se sont refilés la patate chaude de la réforme, qui peut avoir des coûts sociaux et politiques. Néanmoins, le coût de la non-réforme ne cesse de creuser le gouffre. L’actuel gouvernement semble en être conscient. D’ailleurs, il a fait de la réforme du système de compensation l’un des principaux axes de son programme. L’équipe de Benkirane planche actuellement sur la détermination des pistes susceptibles d’alléger la charge des subventions, tout en maintenant un filet social, afin d’éviter qu’une grande partie de la population vulnérable ne bascule dans la pauvreté.
Dans cette quête d’une solution pour cette problématique, l’ouverture sur les expériences internationales peut être d’une grande utilité. C’est le cas notamment des programmes lancés dans certains pays comme le Brésil, qui a réussi à orienter l’aide de l’Etat directement vers les familles pauvres. Au Maroc, l’une des plus grandes difficultés reste la détermination des couches devant bénéficier de l’aide, ainsi que la méthode du ciblage. Sur ce point, l’expérience égyptienne de distribution directe des subventions, présentée par Ahmed Darwish, ancien ministre du Développement de l’administration, lors d’une récente conférence organisée par Microsoft, offre des pistes à exploiter pour optimiser l’efficience du système. En effet, il s’agit d’un projet de e-gouvernement, mis en place par le gouvernement égyptien en partenariat avec Microsoft, qui a permis de cibler les couches concernées et leur distribuer directement les aides, grâce à une carte dotée d’une puce électronique.
Ce système est basé sur «un numéro national, attribué dès la naissance, et qui identifie chaque citoyen dans ses relations avec l’administration», a souligné Ahmed Darwish. Les cartes distribuées dans une première étape aux individus ont été orientées vers les familles. Aujourd’hui, près de 16 millions de cartes ont été distribuées à des familles pauvres égyptiennes. Elle leur «permet de retirer le montant de l’aide dans les guichets automatiques, ou de payer directement les produits de base subventionnés chez les commerçants», a expliqué l’ancien ministre. La réussite de ce projet est liée à la coordination des différents départements ministériels via le portail du gouvernement, ou ce que les informaticiens appellent «Gateway». Il s’agit d’un portail, avec des passerelles entre tous les ministères et les administrations publiques, qui «facilite l’échange des informations, sans obliger le citoyen à fournir une série de documents qui existent déjà dans les bases de données du gouvernement», a noté Darwish. Ainsi, pour déterminer si un demandeur d’une carte est en droit de recevoir l’aide, l’entité chargée de la distribution des cartes peut demander des informations concernant sa situation financière, en vérifiant les bases de données relatives par exemple à la propriété immobilière, à l’immatriculation des voitures… Néanmoins, une entité de contrôle est chargée de veiller au respect de la réglementation qui limite les informations à échanger, et qui précise les organismes habilités à les réclamer.

Ce système peut être facilement mis en place au Maroc, surtout que «plusieurs ministères et administrations publiques sont déjà bien informatisés», a estimé Samir Benmakhlouf, directeur général de Microsoft Maroc. Pour lui, «des îlots d’automation qu’il faut connecter à un seul système. J’espère que nous pourrons jouer un rôle important dans la mise en place de ce qu’on appelle un gouvernement Gateway». Néanmoins, le DG de Microsoft précise que la concrétisation de ce projet n’est pas uniquement liée à des facteurs technologiques. «Le volet technique est le plus facile à réaliser.
Ce projet peut être finalisé en 6 mois, dont une partie est réservée à la dématérialisation et l’analyse des données, et l’autre pour l’installation des éléments technologiques», a affirmé Benmakhlouf. Pour lui, «la réalisation de ce projet nécessite une décision politique». Pour l’instant, le gouvernement ne semble pas encore adopter une position finale. Des réunions ont eu lieu avec les équipes de Microsoft, qui ont proposé de capitaliser sur l’expérience égyptienne pour mettre en place un modèle marocain. Celui-ci devra être «plus performant, plus rapide et moins coûteux», a avancé le DG de Microsoft Maroc. Parallèlement, l’expert égyptien a été sollicité par plusieurs administrations et départements ministériels pour expliquer les contours du modèle adopté dans son pays.

Un coût à 0 DH

La mise en place de ce système de distribution directe des aides «ne va rien coûter au début à l’Etat», a avancé Samir Benmakhlouf. Il en donne comme exemple l’expérience égyptienne où le projet est exécuté par des entreprises privées qui produisent les cartes et installent des appareils de paiement électroniques chez les commerçants. L’Etat, lui, ne paie que les frais de chaque transaction effectuée par un détenteur d’une carte. Ainsi, «non seulement l’Etat ne paie rien au départ, mais aussi sa charge est répartie sur plusieurs petites transactions», a-t-il expliqué. Néanmoins, l’Etat reste le détenteur des bases de données relatives aux citoyens. Parallèlement, «la mise en concurrence de plusieurs entreprises permet de garantir la qualité des services proposés et d’éviter tout risque de monopole», a noté Ahmed Darwish.

M. A. M.


Pas de commentaires pour cet article “Ciblage de la compensationLe miracle de la carte égyptienne”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara