Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Ciblage de la compensationDes recettes simples mais efficacesEntretien avec Ahmed Darwish, ancien ministre égyptien

Source : | 27 septembre 2012 |  Faits divers | 569 views

p6_274.jpg

Ahmed Darwish, ancien ministre égyptien du Développement de l’Administration, et expert en e-gouvernement, revient sur l’expérience de son pays en matière de ciblage et de distribution des aides, ainsi que sur les pistes à explorer par le Maroc. 

- L’Economiste: Le ciblage des familles pauvres est l’un des principaux problèmes du système de compensation. Comment peut-on s’y prendre?-  Ahmed Darwish: C’est la plus grande problématique dans plusieurs pays. Néanmoins, la disponibilité des informations au niveau des administrations permet de faciliter les choses. L’Etat peut se baser sur les bases de données des services relatifs à l’enregistrement des propriétés immobilières, de consommation d’électricité, d’immatriculation des voitures… Toutes ces listes offrent des indicateurs sur la situation financière de chaque famille.

- Mais cela ne constitue pas une violation du droit à la protection des données personnelles?
- Il est clair qu’il faut prendre des précautions pour protéger les données personnelles des citoyens. D’abord, les bases de données ne doivent pas être centralisées, regroupant toutes les données relatives à chaque personne. Cela afin d’empêcher que l’ensemble des données soient consultables par la même personne. Donc, chaque administration dispose de sa propre base de données, conformément à la réglementation. Mais, il faut qu’il y ait un système de passerelles entre les départements gouvernementaux, tout en précisant les informations qui peuvent être transférées et les personnes habilitées à les réclamer. A cela s’ajoute le fait que c’est le citoyen lui même qui prend l’initiative de demander la subvention. Ce qui passe naturellement par la signature d’un document autorisant l’accès à ses informations.

- Les programmes de e-gouvernement sont devenus incontournables dans les pays développés. Qu’en est-il des Etats arabes?
- Je pense que les programmes de e-gouvernement dans le monde arabe sont en pleine progression, même s’il y a des différences dans le rythme des réalisations. Je suis impressionné par le niveau constaté en matière de développement des services de e-gov au Maroc. Et je pense que la concrétisation d’un projet similaire à ce qui a été réalisé en Egypte, qui permet la distribution des subventions sociales via une carte électronique, aura des résultats probants. Mais ceci n’est pas uniquement une question technologique. La technologie n’est qu’un outil de travail, qui permet de résoudre les questions de mise en œuvre rapide et efficace. Il s’agit avant tout d’une décision politique, économique et sociale.

- Concrètement, en quoi consiste ce projet?
- Nous avons lancé un programme de distribution d’aide aux populations pauvres via des cartes électroniques. Cette carte permet, grâce à un numéro national, d’identifier chaque famille et les services dont elle aura besoin. Surtout que les attentes des citoyens sont différentes. Et cette carte nous a permis d’adapter la distribution de l’aide en fonction des besoins spécifiques de chaque famille. Ainsi, une partie de la population pauvre reçoit une aide monétaire, qu’elle peut retirer directement aux guichets automatiques. D’autres familles peuvent profiter, grâce à cette carte, de réductions sur les produits de base, les bonbonnes de gaz.. L’objectif est de bien cibler les couches vulnérables et d’éviter le gaspillage des fonds publics dans la subvention des familles riches, notamment en matière de carburant et d’électricité.

- Est-ce qu’une coopération avec le gouvernement marocain est prévue?
- Pour l’instant, nous sommes encore en discussion, afin de permettre aux responsables marocains de mieux connaître le système égyptien, dans le cadre de leur recherche des pistes de réforme du système de compensation. Il ne s’agit pas de dupliquer cette expérience, mais plutôt de s’en inspirer pour la mise en place d’un système qui part de la spécificité nationale. Il faut que cette expérience soit réalisée au Maroc par une équipe marocaine.

Résistances

La mise en place de ce programme de e-gouvernement risque de susciter des résistances. En effet, «les fonctionnaires sont habitués à un mode de travail, et tout changement est difficilement accepté», a avancé Ahmed Darwish. Pour lui, «les citoyens peuvent également avoir des suspicions concernant les visées du gouvernement à travers ce programme. D’où l’importance de vulgariser ce système via une campagne de sensibilisation».

Propos recueillis par Mohamed Ali MRABI


Pas de commentaires pour cet article “Ciblage de la compensationDes recettes simples mais efficacesEntretien avec Ahmed Darwish, ancien ministre égyptien”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara