Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Festival du film de Marrakech: Coppola, ce héros

Source : | 13 décembre 2015 |  Arts & Culture | 13341 views

Il y a des personnages qui impressionnent. Sa carrure, son allure, et surtout son génie. Croiser Francis Ford Coppola est forcément un grand moment. Président du jury de la 15e édition du Festival du film de Marrakech, il est à la tête d’une brigade de 9 artistes, chargés de départager les 15 films en compétition. Celui à qui l’on doit Le Parrain, Apocalypse Now ou l’époustouflant Dracula possède toutes les ficelles du 7e art pour faire les meilleurs choix. Visionnaire et expérimentateur, il a su avant tous les autres saisir le coche de la vidéo et du cinéma numérique. N’est-il pas l’un des pionniers de ce mouvement cinématographique américain que l’on appelle le Nouvel Hollywood? De la fin des années 60 au début des années 80, aux côtés de Spielberg, Scorsese, Hopper ou De Palma, il réinvente les genres classiques et leur monde idéalisé pour offrir au public des films aux thèmes jusqu’alors tabous comme la violence, la corruption des pouvoirs politiques, le massacre des Indiens ou la sexualité. Il faut dire que conquérir Hollywood était presque un rêve de gosse.
A dix ans seulement, il se sert de la caméra 8mm de son père italien pour tourner ses premiers films amateurs. Des études de réalisation plus tard, il a toujours su parfaitement s’entourer dès ses débuts. Coppola est un créateur indépendant, qui a pu le rester malgré certains échecs en puisant dans sa fortune personnelle acquise grâce à ses vignes et ses hôtels. Que ce soit ses longs métrages à succès ou ses scénarios anticonventionnels, que personne n’aurait voulu produire, même hors du système hollywoodien, il ose dès lors qu’il en a le profond désir. En 1972, sa carrière explose. Les deux premiers volets du Parrain sont récompensés par l’Oscar du meilleur film, et il décroche la statuette du meilleur réalisateur pour Le Parrain 2e Partie, qui en cumule 6 au total. Le phénomène est lancé. Autre film culte quelques années plus tard, Apocalypse Now aux 30 millions de dollars de budget. Tourné au coeur de la jungle des Philippines, il aura demandé 18 mois de tournage et des centaines d’heures d’images. Après trois ans de préparation dans la souffrance, le film sort en salles en 1979 et reste encore aujourd’hui son oeuvre majeure.
L’homme aux multiples récompenses additionne des films à grands spectacles et d’autres plus intimistes. Mais ce qui ne l’a jamais quitté est cette envergure esthétique qu’il donne à ses réalisations. Expérimentations sonores, travellings vertigineux, décors et éclairages stylisés ou montage sophistiqué marquent à jamais son cinéma.
Stéphanie JACOB
 


Pas de commentaires pour cet article “Festival du film de Marrakech: Coppola, ce héros”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara