Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Bruxelles trace une feuille de route pour l’aviation

Source : | 9 décembre 2015 |  Economie | 412 views

Une nouvelle stratégie de l’aviation vient d’être adoptée par la Commission européenne. C’est une feuille de route globale pour l’ensemble de l’écosystème de l’aviation de l’UE. Le Maroc avait signé deux accords «Open skies» (ciel ouvert) avec l’Union européenne et les Etats-Unis et 70 conventions bilatérales relatives aux services aériens. Des mesures qui lui ont permis d’attirer des investissements importants dans le domaine de l’industrie et la maintenance des avions et d’accueillir plus de 110 entreprises internationales.
Les priorités de l’UE sont les suivantes:■ Nouveaux marchés en expansion
 La Commission européenne vient d’adopter de nouvelles propositions en vue de négocier des accords globaux dans le domaine de l’aviation entre l’UE et des pays partenaires clés. Il s’agit de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), des Etats du Conseil de coopération du Golfe (CCG), de la Turquie, de la Chine, du Mexique et de l’Arménie.
Parallèlement, la Commission sollicite aussi des autorisations afin de négocier des accords spécifiques en matière de sécurité aérienne avec la Chine et le Japon, et les modalités du contrôle unique de sûreté sont arrêtées avec le Canada et le Monténégro. L’objectif est de «stimuler la compétitivité internationale du secteur de l’aviation de l’UE et d’assurer aux passagers des services de haute qualité». Une fois ces accords signés, près de 75% de l’ensemble des passagers empruntant des vols à destination et au départ de l’UE (soit plus de 240 millions de passagers par an) seraient couverts par des accords dans le domaine de l’aviation conclus au niveau de l’UE.■ Parachever le ciel unique européen
 La croissance du secteur aérien de l’UE passe principalement par une action sur les contraintes de capacité, d’efficience et de connectivité. La fragmentation de l’espace aérien européen a un coût d’au moins 5 milliards d’euros par an et entraîne des émissions supplémentaires allant jusqu’à 50 millions de tonnes de CO2.
Les contraintes en matière de capacités dans les aéroports de l’UE pourraient coûter jusqu’à 818.000 emplois d’ici à 2035. Il est donc temps que l’UE dresse des plans pour faire face à la demande future de transport aérien et éviter la congestion. C’est pourquoi la stratégie insiste sur l’importance d’achever le projet de ciel unique européen, d’optimiser l’utilisation des aéroports les plus fréquentés et de suivre les tendances de la connectivité intra-UE et extra-UE, pour recenser toute lacune.■ Maintenir des normes européennes élevées
La nouvelle stratégie propose notamment une actualisation des règles de sécurité en vigueur dans l’UE afin de maintenir un niveau élevé de sécurité alors que le trafic aérien continue à croître. En outre, un cadre réglementaire performant donnera aux entreprises une souplesse pour se développer et rester compétitives à l’échelle mondiale. La Commission s’efforcera également de trouver des moyens d’alléger la lourdeur des contrôles de sûreté et leurs coûts, notamment en recourant à de nouvelles technologies et à une approche fondée sur les risques. Elle renforcera aussi le dialogue social et les conditions d’emploi dans le secteur de l’aviation. Il est question aussi d’adopter une mesure mondiale efficace pour parvenir à une croissance neutre en carbone à partir de 2020.■ Plans innovation
L’innovation et la numérisation seront un catalyseur du développement de l’aviation et de son rôle en tant que moteur de la croissance. L’Europe doit notamment libérer tout le potentiel des drones. C’est la raison pour laquelle la stratégie propose un cadre juridique visant à garantir la sécurité et à assurer aux entreprises du secteur la sécurité juridique requise. Tout en apportant une réponse aux préoccupations en matière de respect de la vie privée et de protection des données, de sûreté et d’environnement. En outre, des investissements appropriés dans les technologies et l’innovation permettront à l’Europe de maintenir son rôle de premier plan dans l’aviation internationale. L’Union européenne a prévu d’investir 430 millions d’euros(1) chaque année, jusqu’en 2020, dans le projet de recherche sur la gestion du trafic aérien dans le ciel unique européen (SESAR). Ce qui pourrait déboucher sur la création de plus de 300.000 nouveaux emplois.

Fatim-Zahra TOHRY

————————————

(1) Contribution annuelle moyenne prévue sur la période 2014-2020.
 


Pas de commentaires pour cet article “Bruxelles trace une feuille de route pour l’aviation”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara