Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Oujda: Le cri des architectes

Source : | 22 juillet 2015 |  Actualité | 920 views

Les architectes d’Oujda se heurtent à des difficultés dans l’exercice de leur métier. Ils demandent à pratiquer leur profession sans entraves qui résultent d’une concurrence faussée. Parmi leurs doléances, ils expliquent que l’octroi des marchés publics ne se fait pas dans les règles de l’art en termes de références et de prescriptions. Une exigence indispensable qui garantirait à la ville un renouvellement urbain adéquat et le renforcement de son attractivité urbanistique.
Les architectes protestataires (une cinquantaine sur les 62 architectes que compte Oujda) pointent du doigt certains politiciens et décideurs de la ville qui ont la mainmise sur les projets publics et qui imposent leurs propres architectes, entrepreneurs et bureaux d’études. «Les architectes du secteur libéral dénoncent cette situation déplorable qui occasionne le quasi-monopole actuel des projets par une minorité d’architectes, ce qui mine la logique du marché. Des pratiques qui facilitent l’octroi des projets architecturaux  et des autorisations nécessaires au mépris des règles de déontologie», est-il précisé auprès de la profession. Et d’ajouter que ces procédures défavorisent la majorité des architectes qui souhaitent exercer leur métier dans les règles de la concurrence loyale et le respect de la qualité des prestations. Sans ces exigences, les structures de production architecturale seront menacées: limitation des possibilités de recrutement pour les jeunes techniciens, fermeture de plusieurs cabinets pour cause d’inactivité, impossibilité de cadrer des stages de formation…
«On n’encourage pas la créativité et la spécificité architecturale, ce qui impacte la qualité des ouvrages et la protection des monuments de la ville. Les architectes qui participent à des appels d’offres se sentent écartés car la sélection ne se fait pas sur l’unique base de la qualité des dossiers déposés», soulignent Abdelkader Latrache et Mohammed Berrichi, architectes.
La qualité de l’ouvrage est tributaire de la qualité du cahier des prescriptions spéciales qui précise les quantités des matériaux à respecter pour assurer la durabilité des réalisations. «Or, les conditions d’attribution des marchés font que l’ensemble des intervenants techniques n’accomplissent pas les travaux dans les normes. C’est le cas des maisons et logements réalisés dans le cadre de l’habitat économique. Idem pour les sièges des administrations construites ces dernières années (wilaya de la région, Conseil régional et certaines salles couvertes…)», note de son côté l’architecte Jamal Eddine Tmimi

De notre correspondant, Ali KHARROUBI


Pas de commentaires pour cet article “Oujda: Le cri des architectes”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara