Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Crise libyenneVers une solution définitive cette semaine?

Source : | 20 juillet 2015 |  Actualité, Politique | 1536 views

Les négociateurs pour la paix et la réconciliation en Libye doivent se retrouver cette semaine à Skhirat. L’objectif est d’approfondir l’accord, paraphé le 11 juillet dans cette ville à quelques kilomètres de Rabat, pour qu’il soit signé par toutes les parties en négociation. Car, le Congrès national général (CNG), absent lors du dernier round ayant abouti au paraphe, doit également le valider. Officiellement, le CNG examine l’avant-projet de cet accord. En pratique, l’envoyé spécial de l’ONU, Bernardino Leon, et les autres membres du dialogue inter-libyen ont attendu l’arrivée du CNG jusqu’à la dernière minute. Qu’importe, la situation en Libye est confuse. Déjà, deux autorités s’y disputent le pouvoir. La première est incarnée par le gouvernement issu du Parlement de Tobrouk, reconnu par la communauté internationale. Il siège à El Beida à l’est du pays. Le second est le gouvernement du salut, issu du Congrès national général qui siège à Tripoli. A ces deux pouvoirs qui se disputent la légitimité se sont greffés d’autres groupes terroristes et de milices armées qui s’adonnent aux trafics et qui contrôlent différentes zones du pays. Ce qui complique davantage la situation et fait de la Libye un volcan en ébullition qui risque de ravager toute la région. C’est pour cela que la restauration de la paix et la réconciliation sont vitales pour ce pays où règne un désordre sans précédent, mais aussi pour toute la région maghrébine et méditerranéenne. Selon une source au ministère des Affaires étrangères, les négociateurs devront aborder concrètement cette semaine les modalités d’application des trois points essentiels de la plateforme. Il s’agit de la formation d’un gouvernement d’union nationale et de la reconnaissance du Parlement de Tobrouk comme l’instance législative du pays. Le projet comprend également la création d’un conseil supérieur de l’Etat, d’un Conseil supérieur de l’administration locale, d’une instance de reconstruction, d’une autre chargée de la rédaction de la Constitution et d’un conseil de défense et de sécurité. Idem pour les mesures de confiance à mettre en place. Or, tous les belligérants libyens sont unanimes sur les institutions qui géreront la période de transition. Leurs divergences se situent uniquement sur les attributions de certaines institutions.
En fait, ils sont tombés d’accord sur la primauté du Parlement en tant qu’organe législatif de la Libye, sur la création d’un gouvernement d’union nationale, la mise sur pied d’un Conseil d’Etat, une sorte de Sénat ou la Chambre des conseillers au Maroc. Seules les prérogatives du Conseil d’Etat posent un problème central. Et le CNG a demandé que des discussions soient ouvertes sur ce point pour éviter qu’il ne soit une épée de Damoclès, avec le pouvoir de faire tomber le gouvernement avec une motion de censure. Il souhaite que ce Conseil soit une institution consultative.
Autre élément important: la difficulté d’accorder à l’armée libyenne toutes les attributions en matière de contrôle de la situation sécuritaire. Surtout qu’elle est «encore cantonnée à Tobrouk». Il faudra aussi procéder au «désarmement des milices concentrées à Tripoli».
Ce dialogue inter-libyen, lancé au Palais des congrès Mohammed VI à Skhirat il y a quelques mois, se déroule sous les auspices des Nations Unies. Cette 6e édition a réuni des représentants de la Chambre des représentants siégeant à Tobrouk et des « indépendants » composés de personnalités civiles, d’intellectuels, de juristes et d’hommes d’affaires en plus de représentants des associations féminines.

Fédérer les énergies

D’autres dialogues périphériques ont eu lieu. Certains chefs de partis politiques libyens dialoguaient à Alger et les chefs des mairies et des municipalités le faisaient à Bruxelles en Belgique. Le Maroc prend en charge tous les frais du dialogue et a participé activement à sa facilitation au plan politique. L’objectif est de fédérer toutes ces initiatives, sous le label du dialogue politique de Skhirat, pour en faire le seul cadre et la principale matrice du processus de paix en Libye. Selon ses promoteurs, il dresse non seulement les contours du règlement de la crise libyenne au niveau politique mais aussi militaire.

M. C.


Pas de commentaires pour cet article “Crise libyenneVers une solution définitive cette semaine?”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara