Pour choisir cette version par défaut, cliquer sur: Français  | عربي  - English           
Articles Lis :

Stages : comment chaque partie peut en tirer profit

Source : | 20 juin 2012 |  Emploi | 616 views

Stagiaires-2012-06-19.jpg

La présence de stagiaires est devenue une affaire courante dans les entreprises. Une majorité d’entre elles, du moins les plus structurées, ont mis en place un processus précis pour recruter des stagiaires tout en laissant le soin à chaque service de s’organiser,  comme c’est le cas du Crédit Agricole. «Les CV et autres candidatures spontanées sont reçus au niveau de la DRH. Après la sélection, les stagiaires sont affectés aux différents départements, services et agences qui s’organisent selon leur planning pour les accueillir», explique Meriem Idrissi Kaitouni, directeur du capital humain du groupe.

Pour les étudiants et autres candidats au stage, il n’est pas toujours facile de tomber sur des entreprises du genre. Les stages sont encore loin de faire partie intégrante d’une politique de ressources humaines, même si des conventions commencent à se multiplier entre écoles et entreprises. Il y en a qui reçoivent des étudiants juste pour un renvoi d’ascenseur ou parce qu’ils sont cooptés par un cadre de l’entreprise. Le résultat est que la personne peut passer un à deux mois et rien apprendre.

En France, par exemple, la loi a mis en place quelques dispositions concernant le stage, même si le stagiaire n’a pas le statut de salarié. Le stage s’inscrit dans un projet pédagogique et n’a de sens que par rapport à ce projet. Il facilite le passage du monde de l’enseignement supérieur à celui de l’entreprise. C’est en principe ce qui est recherché partout.

C’est pourquoi en optant pour les conventions de partenariat, les entreprises ont l’assurance que leurs stagiaires sont d’abord bien encadrés au sein de leurs écoles.

C’est ainsi que chez les banques, par exemple, il n’y a pas de période prédéterminée pour les stages. Elles accueillent des stagiaires durant toute l’année même si la plupart des candidats postulent pour l’été. Dans cette logique de recrutement, priorité est donnée aux stages longs. Une majorité des entreprises proposent des missions d’une durée moyenne supérieure à trois mois. Cette moyenne est à rapprocher des durées de stage imposées ou proposées par les écoles.

Dans tous les cas, chaque partie doit tirer profit de l’expérience. Bref, un stage n’est pas une action routinière destinée à rendre service. Une fois accepté au sein de l’entreprise, le stagiaire doit donc être géré avec beaucoup de professionnalisme.

D’abord, la mission à confier au candidat doit être fixée à l’avance. Faute de quoi il peut lâcher prise et ne plus revenir dans les jours qui suivent sans même prévenir. De même, l’intégration doit être menée de manière progressive. Si le stagiaire développe une bonne capacité d’aptitude, on peut lui confier une mission plus sérieuse. Mais, peut-on tout lui confier ? «S’il prend des initiatives, il faut l’épauler constamment tant qu’il peut contribuer à sa mission. Plus il accède à l’information, plus il fait de son mieux», assure la DRH du Crédit agricole. Toutefois, les informations d’ordre stratégique doivent être fournies strictement en fonction du besoin et en sensibilisant la personne à leur importance.

En somme, il faut savoir les encadrer. Cette mission incombe au tuteur ou supérieur hiérarchique concerné qui doit susciter l’intérêt du jeune candidat. La mission remplit-elle les objectifs que vous recherchez ? Voyez-vous votre tâche autrement ? Voulez-vous essayer d’autres tâches ? Ce sont des questions de ce genre qu’il convient de poser régulièrement pour mesurer le niveau de motivation. «Recevoir notamment un feed-back de leur part améliore considérablement le travail», ajoute t-il.

Enfin, à la fin du stage, il faut penser à une rétribution ou au moins à rembourser les charges et autres frais engagés par le stagiaire. S’il en est informé à l’avance, il sera plus motivé et s’appliquera davantage. Par ce même biais, on peut aussi être plus exigeant vis-à-vis de lui. D’autre part, ce geste peut être très rentable si on a affaire à un bon profil. Quand arrivera le moment de chercher un emploi, l’entreprise sera très probablement privilégiée s’il en garde un bon souvenir.

Le stagiaire ne doit pas partager les informations confidentielles sur l’entreprise

En ce qui concerne le stagiaire, les consultants en ressources humaines sont unanimes : un bon stagiaire est celui que l’on remarque, par son enthousiasme, son sens de l’initiative, sa politesse et son sens de l’organisation.

En somme, il est important de laisser une bonne impression, de soi et de son établissement scolaire. Les bonnes relations entretenues avec son tuteur conduisent parfois à de précieuses lettres de recommandation. S’intégrer, c’est d’abord respecter les règles de l’entreprise. Le stagiaire doit ainsi se conformer aux horaires de travail, au code vestimentaire et autres usages. Il doit également bien se comporter dans son environnement de travail avec chaque membre de l’équipe : du directeur au coursier. Enfin, il va de soi que le stagiaire ne doit pas partager les informations confidentielles sur l’entreprise où il passe son stage. Si le tuteur ne donne pas de missions précises, le stagiaire peut en réclamer, parler aux collègues, offrir un coup de main sur tel ou tel dossier en fonction de ses compétences. En un mot : éviter d’être le «stagiaire fantôme».

Pour Laura Kakon, directrice commerciale et marketing de l’Université internationale de Casablanca, «réussir son stage, c’est lorsque l’étudiant parvient à gérer les projets qu’on lui a demandé de traiter, en étant performant. C’est aussi lorsque le stage permet au candidat de se révéler au sein de l’entreprise et surtout apprendre et démontrer son sens des responsabilités et de l’engagement».

Pour optimiser dès le départ les chances de réussite et favoriser l’engagement d’un nouveau stagiaire, il faut procéder par étapes.  

Mobilisez les ressources

Première étape, avant même que votre nouveau collaborateur arrive, mettez en place les ressources nécessaires : ligne de téléphone, poste de travail, bureau, ordinateur, connexion Internet… Cette étape paraît anodine, mais il arrive que tout ne soit pas prêt, ce qui provoque une mauvaise impression chez le stagiaire et constitue une perte de temps pour l’entreprise.

Annoncez son arrivée

Bien intégrer un nouveau collaborateur, c’est d’abord annoncer sa présence dans l’entreprise, mais également en externe. Prévenez l’équipe de son arrivée, de son poste et de sa fonction, pour qu’elle ne soit pas prise au dépourvu.

Définissez son champ d’intervention

Ensuite, il est important de définir le territoire de votre nouveau venu et de lui faire comprendre le profit qu’il va en tirer. Vous évoquerez la richesse du poste et de la fonction, sa mission et son rôle dans l’entreprise. En dernier lieu, vous fixerez des objectifs suivant un certain horizon (une semaine ou deux, un mois voire plus, selon sa durée de stage).

Mobilisez-le

Rien ne sert de bien accueillir un stagiaire si vous n’avez pas planifié les premières tâches qui lui incombent. Certes, il faut lui laisser le temps de s’acclimater, de prendre connaissance des diverses sources d’information de la société, productions et rapports, procédures… Mais une tâche de fond permet de l’intégrer activement à l’entreprise.

Assurez le suivi

Dans un premier temps, vous devez être disponible au cas où il aurait des questions, rencontrerait des problèmes. N’hésitez pas à lui dire «ma porte reste ouverte…», sachant que les membres de l’équipe sont également là. Au bout d’une semaine, effectuez un débriefing, notamment pour évaluer la situation de votre stagiaire (ce qui fonctionne ou pas), voire le recadrer.

Le stage, première découverte du monde de l’entreprise, est une étape clé à ne pas manquer, car elle peut constituer un tremplin vers un véritable poste.

Après le titre à succès «Trouver le bon stage», les auteurs récidivent et signent un nouvel ouvrage intitulé «Réussir son stage en entreprise, un tremplin pour l’emploi !». On y trouve des réponses percutantes aux questions que se pose généralement tout candidat à savoir :

- Comment négocier sa rémunération et des avantages pour son stage ?

- Comment se présenter le premier jour ?

- Comment s’intégrer dans l’équipe ?

- Que faire si l’on s’ennuie en stage ?

- Que faire lorsque le stage se passe mal ?

- Faut-il organiser un pot de départ ?

- Quelles sont les 5 règles d’or d’une présentation du rapport de stage ?

- Que faut-il prévoir pour organiser et réussir le passage de sa soutenance devant le jury ?

- Comment développer son réseau ?

- Comment postuler avec succès à des offres d’entreprises du groupe où le stage a été réalisé ?

«Réussir son stage en entreprise, un tremplin

pour l’emploi !» de Pascal Hermel, Laurent Hermel

et Gaëlle Hermel

Editeur Afnor (Fév. 2009)


Pas de commentaires pour cet article “Stages : comment chaque partie peut en tirer profit”

Laissez un commentaire









Les opinions exprimées dans les commentaires reflètent l'opinion de leurs propriétaires et non pas l'opinion de MarocPress.com

 Recommander ce contenu sur Google  

Maroc Press TV

Annonce

Articles Populaires

Insolites


Plus ...

Journaux



achnooAufait MarocAujourd'hui Le MarocJeune AfriqueL'EconomisteL'opinionLa MarocaineLa Nouvelle TribuneLa Vie EcoLe MatinLe soir echosLiberationMaroc-HebdoMarocPress.comMenara